Next Exit Please : Le Blog Culturel
Expos, musique, livres, photos, voyages et … Asie!

Le single de la semaine #7 : Urba Major

Konbawa!!

Le single de cette semaine sera urbain ou ne sera pas! L’automne et ses nuits précoces rendent ma conduite nocturne; le paysage prend des couleurs de néons, de tours illuminées, de figures de bar dignes d’Edward Hopper et Paris devient Metropolis. Il fallait donc bien deux « plain dark » singles pour pleinement apprécier les parcours périphériques en guettant la fin des embouteillages…

– Le (old) single : Interpol, « Song Seven » sur le Maxi « Precipitate EP » (2001)

Interpol, mieux qu’aucun groupe depuis Velvet Underground et Television, réflète laimage personnalité trouble de la métropole new-yorkaise. Noire, dense, texturée, multi-dimensionnelle, insaisissable, les compositions de groupe de Paul Banks s’imposent comme de sombres buildings se découpant sur le ciel brûlé d’East Village. Sur leurs trois albums (« Turn on The Bright Lights« , « Antics » et « Our Love to Admire« ), les membres d’Interpol explorent les différentes facettes d’une musique fondamentalement urbaine. Propulsés par un couple basse / batterie redoutable d’épaisseur, les albums se livrent au brillant jeu de guitare du toujours cravaté Daniel Kessler, semant ses riffs renouvelés au coeur de la rythmique complexe imposée par Paul Banks, lead vocalist à la voix blanche et fantomatique. Distante et pourtant organique par l’imbrication parfaite de ses éléments, la musique d’Interpol creuse froidement son canyon urbain.

J’aurai pu choisir plusieurs autres titres dans le répertoire d’Interpol pour les distinguer comme des hymnes urbains, affichant 60 mph de lente noirceur au compteur (au hasard: image« Leif Eriksson« , « The New« , « Pionners  to the Falls« , « Untitled » ou « Hands Away« ), mais autant mettre en avant un titre moins connu mais essentiel, car enregistré en 2001, avant la sortie du premier album et paru sur le maxi « Precipitate EP« . « Song Seven » préfigure tout ce que va être le songwriting d’Interpol par la suite: complexe, noir, déstructuré dans son écriture rythmique, alternances d’ambiances hypnotiques (45 secondes de montée en puissance introductive) et d’accélérations soudaines, oppositions entre les riffs étirés à l’extrême et les solis minimalistes de Kessler, construits sur la variation torturée d’une note ou d’un accord, et les sonorités circulaires signées du couple Carlos D / Fogarino. Paul Banks ne chantera plus jamais « Don’t give up/ No don’t give up / Start again dear » avec une voix si Ian Curtis et Daniel Kessler osera même vers les 2 minutes un bridge parlé, chose qu’on ne reverra plus par la suite (à l’exception de quelques coeurs ou contrepoints vocaux). Et Interpol, de définir d’une phrase son programme pour l’avenir : « Now our love is sour »… Heureusement, le goût du noir n’exclue pas l’optimisme…

– Le (new) single : The Ponys, « Double Vision« , sur l’album « Turn The Lights Out » (2007)

Pour continuer sur une note optimiste ;-), choisissons un nouveau single issu du réservoir Matador, le imagelabel indépendant qui signa… Interpol. Plus bruts de décoffrage et tenants d’un son très live, The Ponys s’acharnent avec bonheur à faire revivre l’esprit du punk arty new-yorkais du tout début des années 80s et du Roxy’s et n’hésitent pas aussi à piller dans l’héritage garage rock 60’s – 70’s : Television, The New York Dolls, mais aussi The Jams, MC5, The Stooges, Velvet Underground, Ramones… tout y passe à la moulinette enthousiaste de ce combo de Chicago qui sonne brut, déjanté et viscéralement taillé pour la scène. Enregistré avec un son très spatialisé qui donne l’impression d’avoir été directement saisi au coeur d’un concert dans un club bohème de Saint Mark’s Place, « Double Vision » est le single pur garage du moment qui dépote et fait lever le pied parce qu’il éveille l’oreille!

A vos postes d’écoute donc et à vos commentaires 🙂 !!

Sayonara,

NYC:o

Publicités

Une Réponse to “Le single de la semaine #7 : Urba Major”

  1. […] 164812440@qq.com(â â¡â â¡â â&ie… wrote an interesting post today onHere’s a quick excerptL’automne et ses nuits précoces rendent ma conduite nocturne; le paysage prend des couleurs de néons, de tours illuminées, de figures de bar dignes d’Edward Hopper et Paris devient Metropolis. Il fallait donc bien deux “plain dark” … […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :