Next Exit Please : Le Blog Culturel
Expos, musique, livres, photos, voyages et … Asie!

"Les Trois Jours du Condor" ou Bye Bye Mr Sidney

Étonnante coïncidence qui nous a fait regarder hier soir l’un des films les plus emblématiques réalisés par Sidney Pollack. En me réveillant imagece matin, j’apprenais qu’il venait de décéder à Los Angeles à l’age de 73 ans… La critique retiendra bien sûr le multi-oscarisé « Out of Africa » (comme toutes les femmes ayant rêvées de se faire laver les cheveux dans la savane africaine par Robert Redford :-)) et le sublime « Jérémiah Johnson » inspiré par Kurosawa. Le grand public se souviendra lui de « Tootsie » et de « La Firme ». De mon côté, ça sera « Les Trois Jours du Condor », car d’un thriller paranoïaque assez typique de la production américaine des années 70, traumatisée par l’assassinat de Kennedy et l’affaire du Watergate, Pollack avait su en tirer un film intelligent, brillant dans sa forme, insolent dans son fond et finalement peu moralisateur, le traditionnel héros individuel américain redresseur de tort se retrouvant finalement bien seul et fragile devant l’inéluctabilité du jeu d’échec dans lequel il n’est même pas un pion, mais juste un mouvement d’approche. Pollack aura aussi donné à Robert Redford l’un de ses meilleurs rôles dans ce film, où, dépassant son statut de beau gosse, il affiche une épaisseur qui lui donnera une nouvelle dimension dans ses rôles suivants, à commencer par « Les Hommes du Président » l’année suivante en 1976. Enfin, préfigurant ce fameux sens de l’érotisme discret dont il jouera dans « Out of Africa », Pollack saura profiter de l’opposition de style entre Faye Dunaway et Robert Redford pour filmer une love scene brute assez intriguante dans le contexte hypocrite de l’époque.

En dépit de sa filmographie ultérieure, particulièrement éclectique et qui ne retrouvera pas toujours cette grâce, Sidney Pollack n’abandonnera jamais cette veine mi-réaliste, mi-cynique, témoignant derrière le carnet d’adresse très people du réalisateur, d’une véritable conscience politique assez rare dans les studios américaines. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de voir George Clooney (acteur principal dans le récent « Michael Clayton », film produit et interprété par Sidney Pollack, dont l’influence des grands thrillers des années 70 avait été justement saluée par la critique),  lui rendre aujourd’hui un hommage prononcé, lui qui dans l’univers prophylactique d’Hollywood fait figure d’acteur / réalisateur engagé (Good Night and Good Luck, Syriana ou Confessions d’un Homme Dangereux) quand il ne fait que mettre un léger grain de sel dans la mécanique bien huilée de la bondieuserie bien-pensante américaine.

Good Night and Good Luck then, Mr Sidney…

Ni/Condor

Publicités

Aucune réponse to “"Les Trois Jours du Condor" ou Bye Bye Mr Sidney”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :